311ème message

EVANGILE DE LA DELIVRANCE ET DU SALUT

C’EST L’HEURE QUE LES CATÉCHISTES ET LEURS GÉNITEURS CESSENT DE FOUDROYER LA PENSÉE DES ENFANTS EN LEUR FAISANT RÉCITER ET CROIRE AUX DIX COMMANDEMENTS DE MOÏSE QUI NE PEUVENT PAS DONNER LA VIE A L’ ÂME QUEL QUE SOIT LE DEGRÉ DE LEUR PRATIQUE.

                            C’est le 311ème message.


       En vérité, les catéchistes eux mêmes sont trompés par leurs géniteurs qui ont fait petits et grands séminaires. Que ces catéchistes cessent d’embrouiller la pensée des enfants en les amenant à réciter et à croire aux dix commandements de Moïse qui ne peuvent pas sauver l’âme. Après ces récitations, leurs géniteurs décernent aux enfants soit la première communion, soit la confirmation. Ceci n’est qu’une embrouille et une tromperie de la part de ceux-ci, qui eux-mêmes, ont été dupés par leurs géniteurs malveillants.

     Comprenez que la loi de Moïse ou les dix commandements qu’ils font réciter aux enfants ne sert à rien aujourd’hui, parce que cette loi donnée par Dieu ne pouvait pas donner la vie à l’âme, voilà pourquoi il a envoyé le Seigneur Jésus, afin que c’est par la foi en lui que nous soyons sauvés et non par la loi que les catéchistes continuent à faire réciter et à faire croire aux enfants.Depuis le commencement du Ministère de Jésus jusqu’aujourd’hui, les dix commandements n’ont plus de valeur parce qu’on ne peut pas être juste devant Dieu par la loi de Moïse, mais plutôt par la foi en Jésus. Voilà pourquoi il est dit : « Et que nul ne soit justifié devant Dieu par la loi, cela est évident, puisqu'il est dit: Le juste vivra par la foi.» (Galates 3/11). Il est encore dit : « Néanmoins, sachant que ce n'est pas par les œuvres de la loi que l'homme est justifié, mais par la foi en Jésus Christ, nous aussi nous avons cru en Jésus Christ, afin d'être justifiés par la foi en Christ et non par les œuvres de la loi, … » (Galates 2/16).

       Comment se fait-il que la loi (les dix commandements) qui ne peut pas justifier l’esprit de l’homme devant Dieu est enseignée aux enfants par les catéchistes qui croient remplir une fonction honorifique, alors qu’ils ne sont que des gens qui foudroient la pensée des enfants par la tromperie ? Voilà pourquoi il est dit : « et que quiconque croit est justifié par lui de toutes les choses dont vous ne pouviez être justifiés par la loi de Moïse» (Actes 13/39). Que les catéchistes et leurs géniteurs sachent maintenant que la loi de Moïse n’était que l’ombre de la foi en Jésus-Christ que nous sommes aujourd’hui ; voilà pourquoi il est dit : « En effet, la loi, qui possède une ombre des biens à venir, et non l'exacte représentation des choses, ne peut jamais, par les mêmes sacrifices qu'on offre perpétuellement chaque année, amener les assistants à la perfection. » (Hébreux 10/1). Il est encore dit : « c'était l'ombre des choses à venir, mais le corps est en Christ » (Colossiens 2/17). 

       Catéchistes, ne croyez pas que vos géniteurs vous ont accordé une fonction honorifique devant Dieu ; c’est plutôt une fonction foudroyante, empoisonnante et qui assassine l’âme. Vous continuez à faire réciter la loi de Moïse aux enfants alors que Christ est la fin de la loi pour les justes qui ont cru tel qu’il est dit : « car Christ est la fin de la loi, pour la justification de tous ceux qui croient» (Romains 10/4). Avant que la foi ne vienne, le peuple d’Israël en son temps était enfermé sur ce qui était passager, c’est-à-dire la loi de Moïse. Voilà même pourquoi l’apôtre Paul dit : « et nous ne faisons pas comme Moïse, qui mettait un voile sur son visage, pour que les fils d'Israël ne fixassent pas les regards sur la fin de ce qui était passager. » (2 Corinthiens 3/13).

       Mais quelle fonction meurtrière ces catéchistes ont aujourd’hui, faisant réciter et faisant croire aux enfants en la loi (les dix commandements) de Moïse qui n’était que l’ombre de la foi en Jésus, et cette loi n’était que pour conduire le peuple d’Israël en son temps vers la foi. La foi étant venue, la loi s’incline. Voilà même pourquoi il est dit : « Avant que la foi vînt, nous étions enfermés sous la garde de la loi, en vue de la foi qui devait être révélée. Ainsi la loi a été comme un pédagogue pour nous conduire à Christ, afin que nous fussions justifiés par la foi. La foi étant venue, nous ne sommes plus sous ce pédagogue. Car vous êtes tous fils de Dieu par la foi en Jésus Christ; vous tous, qui avez été baptisés en Christ, vous avez revêtu Christ» (Galates 3/23-27). Lorsque l’Eternel Dieu donna les préceptes à Moïse au mont Sinaï de venir les prononcer devant le peuple, il savait que ces préceptes étaient faibles et inutiles pour donner la vie à l’âme, car il savait que le donneur de vie à l’âme devait venir. Sachant que ce qu’il a donné au peuple n’est pas bon pour l’âme et ne peut la faire vivre, l’Eternel dit : « Je leur donnai aussi des préceptes qui n'étaient pas bons, et des ordonnances par lesquelles ils ne pouvaient vivre » (Ezéchiel 20/25).

        En vérité, cette loi que les catéchistes appliquent et enseignent aux enfants ne pouvait et ne peut pas donner la vie à l’âme, car elle est très faible, impuissante et inutile. Voilà même pourquoi il est dit : « Il y a ainsi abolition d'une ordonnance antérieure, à cause de son impuissance et de son inutilité, car la loi n'a rien amené à la perfection, et introduction d'une meilleure espérance, par laquelle nous nous approchons de Dieu. » (Hébreux 7/18-19). Car il est encore dit : « En effet, la loi établit souverains sacrificateurs des hommes sujets à la faiblesse; mais la parole du serment qui a été fait après la loi établit le Fils, qui est parfait pour l'éternité » (Hébreux 7/28). Donc, si la loi (les dix commandements) de Moïse était sans défaut pour vivifier l’âme, il n’aurait pas été question de la remplacer par ce qui vivifie. Voilà pourquoi il est dit : « En effet, si la première alliance avait été sans défaut, il n'aurait pas été question de la remplacer par une seconde » (Hébreux 8/7). Et c’est pour cela que le Seigneur Jésus dit que c’est l’Esprit qui vivifie, la chair ne sert de rien, et que les paroles qu’il nous dit sont Esprit et Vie (Jean 6/63). 

       Même Moïse savait que ce n’est ni lui ni la loi (les dix commandements) prononcée qui pouvait sauver le peuple d’Israël (leurs âmes), mais que l’Eternel devait susciter un autre prophète comme lui, et que c’est en ce dernier que tout le peuple devrait croire, et que quiconque ne croit pas en ce prophète ne vivra pas, voilà pourquoi Actes 3/22-23 dit : « Moïse a dit: Le Seigneur votre Dieu vous suscitera d'entre vos frères un prophète comme moi; vous l'écouterez dans tout ce qu'il vous dira, et quiconque n'écoutera pas ce prophète sera exterminé du milieu du peuple. ». L’esprit qui anime les gens aujourd’hui dans la croyance au baptême des enfants et la récitation des dix commandements de Moïse est le même que celui qui était hier chez les pharisiens, qui ne reconnaissaient pas Jésus en qui Dieu parlait pour les amener à devenir ses disciples, mais plutôt Moïse à qui Dieu avait parlé. C’est pour cela qu’il est dit : « Ils l'injurièrent et dirent: C'est toi qui es son disciple; nous, nous sommes disciples de Moïse. Nous savons que Dieu a parlé à Moïse; mais celui-ci, nous ne savons d'où il est. » (Jean 9/28-29). 

       C’est l’heure pour les catéchistes de reconnaître que leurs géniteurs, qui leur ont donné la fonction de catéchiste, les ont dupés, qu’ils se repentent en cherchant la vérité sur les écrits et en demandant au Seigneur de se révéler à eux, et non de s’attacher et de se lier à un nom associatif religieux, ou aux grands bâtiments et autres matériels, ou encore à la personnalité des hommes. Je sais que vos fonctions de catéchistes vous assurent un salaire et autres avantages du ventre. Si vous regardez cette parole comme étant une délivrance, elle vous aidera à vous affranchir de l’ignorance de la connaissance de la vérité. Mais si vous la regardez comme un jugement, elle sera plutôt pour vous une barrière.

CHAMPI Apôtre non de la part des hommes, ni par un homme mais par Jésus-Christ et Dieu le Père. La puissance de Dieu c’est la connaissance. Connaître pour éviter de pécher et être affranchi de la mort éternelle (Jean 8/32).

 

Web-Site: WWW.CHAMPIDINO.ORG

TEL: (00237) 693 32 18 80  / 671 31 03 50  / 699 06 44 25

Email: champi320@yahoo.fr       Skype: champidino 

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×