290ème message

ÉVANGILE DE LA DÉLIVRANCE ET DU SALUT

POURQUOI LES GRANDES CHOSES QUE DIEU FAISAIT HIER A TRAVERS LES HOMMES ET QUI SONT DÉCRITES DANS L’ANCIEN ET LE NOUVEAU TESTAMENT SONT PLUS DIFFICILES A RÉALISER A TRAVERS LES HOMMES D’AUJOURDH’UI ?

 

                                   C’est le 290ème message

       En vérité, Dieu dans sa parole ne change pas sa manière d’agir, mais il opère avec des personnes qui portent en elles l’assurance, de la valeur et de l’obéissance. Dieu opérait de grandes choses hier parce que les gens à travers qui il opérait n’avaient pas une croyance corrompue tel que c’est le cas aujourd’hui. 

       Nous commençons premièrement par le patriarche Abraham à qui l’Eternel avait demandé le sacrifice de son unique enfant. Abraham avait trouvé la valeur et la richesse dans l’obéissance à cette volonté de Dieu, et rien d’autre ne pouvait l’en détourner. Avec cette croyance, assurance et obéissance, comment l’Eternel Dieu pouvait-t-il ne pas opérer de grandes choses avec Abraham ? C’est difficile avec nous aujourd’hui, pourtant tout ce qui est bon et agréable à Dieu dans ce monde c’est de voir tout le monde parvenir à la connaissance de la vérité et être sauvé. Voilà pourquoi il nous demande avec empressement d’annoncer sa richesse aux pauvres afin que ceux-ci deviennent aussi riches de lui. Donc, pendant que le Seigneur attend que sa bonne nouvelle soit répandue, nous lui parlons plutôt de notre temps, de notre ventre, de nos enfants et de nos familles. Or dès que l’Eternel avait demandé à Abraham son fils unique, il l’avait apporté au devant de lui mais nous, pendant que Dieu attend sa richesse au devant des pauvres, c’est là où nous trouvons la valeur dans le matériel au point où sacrifier cette poussière devient difficile pour nous. Si laisser les enfants et la famille pour quelque temps ou sacrifier le matériel pour la contribution au partage de la richesse de Dieu aux pauvres est très difficile pour nous, sacrifier alors son unique enfant comme Abraham pourra-t-il être possible pour nous ? Voilà donc comment la croyance, l’assurance et la volonté qu’avaient de grands hommes comme Abraham, amenaient l’Eternel à faire de grandes choses avec eux.

       Nous devons comprendre que ce siècle est le plus pauvre malgré les inventions et la technologie avancée, et cette pauvreté c’est le mal. Le Seigneur Jésus veut que sa richesse soit donnée jusqu’aux Chefs d’Etats et rois des nations, car l’argent et les hommes ne sont pas la richesse, mais plutôt la vie et la divulgation de la bonne nouvelle de Dieu. Voilà même pourquoi le Seigneur Jésus parle de sauver son âme en perdant sa vie dans le physique pour lui et pour sa bonne nouvelle lorsqu’il dit : « … mais celui qui perdra sa vie à cause de moi et de la bonne nouvelle la sauvera» (Marc 8/35). Et le Seigneur continue en disant : « Et quiconque aura quitté, à cause de mon nom, ses frères, ou ses sœurs, ou son père, ou sa mère, ou sa femme, ou ses enfants, ou ses terres, ou ses maisons, recevra le centuple, et héritera la vie éternelle» (Matthieu 19/29), et encore : Si quelqu'un vient à moi, et s'il ne hait pas son père, sa mère, sa femme, ses enfants, ses frères, et ses sœurs, et même à sa propre vie, il ne peut être mon disciple» (Luc 14/26). 

       Car nous devons comprendre que Joseph en Egypte savait que la femme de Potiphar était pauvre et que pour cela elle ne pouvait rien lui donner au cas où il satisferait à sa demande, mais plutôt elle volerait ce qu’il possédait et qui n’avait pas de prix. Si c’était nous aujourd’hui, nous ne verrions pas que la parole que nous portons ou le Dieu qui nous accompagne est celui qui a toute chose. Voyant le matériel qui était à la portée de cette femme, nous tomberions très vite sous sa demande ou proposition en disant qu’elle peut changer notre vie. Mais, Joseph ayant connu une double vente, premièrement de ses frères aux Ismaélites, et deuxièmement des Ismaélites à Potiphar, officier de Pharaon et chef des gardes en Egypte, gardait toujours l’assurance et l’espérance en la fidélité de son Dieu malgré cette peine et souffrance. Comment donc l’Eternel n’aurait-il pas accompli de grandes choses avec la croyance et l’assurance qu’il avait de lui ? 

       Nous avons aussi le cas de Schadrac, Meschac et Abed-Négo qui s’étaient retrouvés à Babylone sous la domination du roi Nébucandnédsar où le roi les avait placés comme intendants de la province de Babylone. Ils avaient refusé de se prosterner devant la statuette du roi qu’il avait élevé pour son dieu, trouvant que le roi et toute sa nation étaient pauvres et esclaves parce qu’ils ne vivaient ou ne servaient pas le Dieu vivant. Cet acte considéré comme un affront ou une insulte, un mépris à l’égard du roi avait poussé ce dernier à s’interroger sur leur croyance et leur assurance. Le roi leur ayant posé la question sur leur agissement, ceux-ci lui avaient dit qu’ils n’avaient pas besoin de lui répondre sur ce sujet. Or si c’était nous aujourd’hui, nous tremblerions devant le travail, l’argent et tout ce que le roi avait et nous le trouverions plus grand et plus riche que nous. Mais la croyance et l’assurance en la richesse que les trois compagnons avaient jusqu’à la domination du feu du roi avaient amené ce dernier et sa nation, pauvres et petits de leur état face aux trois compagnons et leur Dieu, à considérer ces trois compagnons comme intouchables au point où le roi avait donné l’ordre qu’aucune personne de sa nation ne parle mal d’eux, mais plutôt craigne leur Dieu, parce qu’il n’y a aucun autre dieu qui peut vivifier, sauver et délivrer comme lui. Mais nous aujourd’hui, face aux gens qui méprisent Dieu en tout à cause de leur argent, nous tremblons devant eux et nous nous voyons petits et pauvres, alors que nous sommes en réalité riches et grands à travers celui qui est en nous et que nous devons témoigner afin que les gens qui mènent une vie qui n’est pas de Dieu, mais pensant qu’ils sont riches et grands parce qu’ils ont le matériel, reconnaissent à travers notre richesse (croyance et assurance) qu’ils sont pauvres et petits car, c’est par la croyance et l’assurance qu’avaient les trois compagnons que le roi et sa nation avaient reconnu qu’ils étaient pauvres. Comment Dieu ne pouvait-il pas faire de grandes choses avec leur croyance et leur assurance ?

       Nous aujourd’hui, nous tremblons devant les hommes d’argent et de mauvaises vies ayant vendu pour la plupart leurs âmes comme si ce que nous portons a moins de valeur que cette poussière que possèdent ces gens, ou encore comme si la parole créatrice qui est en nous n’a pas créé toutes les choses qui frappent à nos yeux et qui nous rendent corrompus. Avec cette croyance et assurance aujourd’hui, comment le Seigneur va-t-il opérer de grandes choses à travers nous pour que les hommes méchants changent ? L’apôtre Paul à qui la prophétie avait révélé qu’il sera lié à Jérusalem au cas où il y montait, avait demandé à ceux qui pleuraient à sa place : « Que faites-vous en pleurant ?», en d’autre terme pourquoi pleurez-vous ?, parce que pour lui il était prêt non seulement à être lié, mais encore à mourir à Jérusalem pour annoncer la bonne nouvelle. Si c’était nous aujourd’hui, nous aurions peur d’être attachés ou emprisonnés, nous chercherions à savoir qui nourrirait nos enfants, notre petite famille ? Or, comment avec cette croyance et assurance de Paul Dieu ne pouvait pas faire de grandes choses à travers lui ? Chaque fois, Paul était emprisonné, enchaîné à cause de la bonne nouvelle, les gens parfois suivaient ceux qui l’arrêtaient et les exhortaient de faire mourir Paul et le signifiaient parfois en proclamant qu’ils se priveraient de nourriture et de boisson jusqu’à ce qu’il soit tué, mais tout cela n’affectait pas Paul, c’est pourquoi il disait : « Mais je ne fais pour moi-même aucun cas de ma vie, comme si elle m'était précieuse, pourvu que j'accomplisse ma course avec joie, et le ministère que j'ai reçu du Seigneur Jésus, d'annoncer la bonne nouvelle de la grâce de Dieu» (Actes 20/24). 

       Il y a plusieurs exemples, mais j’en ai cité peu. L’Eternel Dieu nous a fait la grâce par rapport à Christ, non seulement de croire en lui, mais de souffrir pour lui. Mais nous aujourd’hui, nous voulons que Dieu opère de grandes choses à travers nous tel qu’il a opéré hier à travers les autres. Pourquoi le ferait-il ? Nous avons quel amour, quelle volonté, quel attachement, quel sacrifice, quelle croyance et quelle assurance pour lui ? Mais comme nous sommes encore ignorants, voilà pourquoi nous croyons que nous faisons une faveur à Dieu en donnant le matériel ou en faisant quelque chose, sans comprendre et sans voir que Dieu est le créateur de toute chose, et le vivifieur de tout être mort, donc il n’a besoin de rien et que c’est nous, qui sommes pauvres et morts qui voulons sa richesse et sa vie.

       En vérité, les hommes aujourd’hui sont orgueilleux parce qu’ils croient que Dieu est homme comme eux. Qu’ils sachent que même si nous donnons toute la terre pour offrande à Dieu, ne pensons pas que nous lui avons beaucoup donné parce qu’il n’est pas homme. Pensons-nous qu’il a besoin de quoi ? Il est dit : « il n'est point servi par des mains humaines, comme s'il avait besoin de quoi que ce soit, lui qui donne à tous la vie, la respiration, et toutes choses » (Actes 17/25). Même Abraham, lorsqu’il ouvrait la bouche pour parler à Dieu reconnaissait ce qu’il était, un moins que rien devant lui lorsqu’il disait : « … j'ai osé parler au Seigneur, moi qui ne suis que poudre et cendre » (Genèse 18/27). Quand je vois comment les hommes veulent servir Dieu aujourd’hui en ces temps difficiles en le prenant comme un homme, cela me fait grandement pitié. Il est question que nous comprenions que si nous avons mangé le corps de Christ, alors nous sommes devenus ce corps. Etant donc rassemblés en tout lieu, c’est ce corps qui est rassemblé, et le chef de ce corps est invisible aux yeux des hommes. Lui-même est là au milieu de ceux qui sont devenus son corps et qui sont rassemblées étant ses frères, ses sœurs et ses amis, la crainte et le respect étant éprouvés par tous. Je me demande avec quelle croyance, quelle assurance et quel respect Dieu opèrera-t-il des miracles à travers nous afin que ce siècle plus corrompu et plus méchant que jamais puisse trembler ?

 CHAMPI Apôtre non de la part des hommes, ni par un homme mais par Jésus-Christ et Dieu le Père. La puissance de Dieu c’est la connaissance. Connaître pour éviter de pécher et être affranchi de la mort éternelle. (Jean 8/32)

 

 

SITE INTERNET : WWW.CHAMPIDINO.ORG
Contact Tel: (+237) 693.32.18.80 /671.31.03.50 / 699 06 44 25

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site