302ème message.

L’ÉVANGILE DE LA DÉLIVRANCE ET DU SALUT

CONNAITRE LA GRANDEUR ET LA PUISSANCE DE L’ETERNEL DIEU POUR MIEUX LE CRAINDRE ET ETRE CRAINT PAR L’ENNEMI

                            C’est le 302ème message.

       L’Eternel Dieu est la parole de lumière et il a envoyé cette parole de lumière par son Fils Jésus-Christ pour que par cette parole, nous connaissions sa grandeur et sa puissance, et qu‘en même temps nous voyions ce que nous sommes face à lui. Toute chose a été faite par cette parole ; il y a la lumière et la vie, mais cette parole étant au milieu de nous pour nous éclairer et nous donner la vie, est plutôt prise pour la parole de l’homme. Voilà pourquoi elle est inconsidérée, méprisée et chosifiée par ce dernier car, l’homme méprise ce qui doit l’éclairer ou du moins ce qui lui permet de voir la grandeur et la gloire de Dieu. C’est pour cela qu’il est resté dans la malvoyance, confondant Dieu à l’homme, ayant ainsi le mépris, l’orgueil, la suffisance face au Seigneur, à son œuvre et à son offrande, prenant les choses de Dieu comme celles de l’homme. 

       L’Eternel Dieu connait tout et sait tout. Il entend et voit tout. Il a tout et est tout pour tout. L’Eternel Dieu connait le nombre de cheveux des hommes depuis Adam et Eve jusqu’aujourd’hui, ceux qui sont morts ou vivants physiquement, ou encore ceux qui viendront. Il connait le nombre de gouttes de pluie qui sont déjà tombées sur terre depuis la première pluie. Il connait le nombre de secondes, de minutes, d’heures, de jours, de semaines, de mois et d’années de vie de tout un chacun sur terre. Il connait le nombre de grains de sable au bord des eaux. Il a mesuré la distance qui sépare le soleil et la terre. Il a donné au soleil une petite et une grande période pour briller, et ce sont ces périodes que l’homme appelle grande et petite saison sèche. Il a permis à la pluie d’arroser la terre pendant une petite et une grande période appelée petite et grande saison pluvieuse. 

       Il a donné à la lune le temps et le moment d’éclairer la terre, ainsi que les étoiles. Il a fait que dans certains coins de la terre, le temps est moins ou plus avancé que dans d’autres. Voilà pourquoi nous voyons que dans tel pays, pendant qu’il fait jour, dans tel autre, il fait nuit. Il a créé les animaux, les poissons, les oiseaux et les insectes de tout genre, mâles et femelles, importants pour l’homme. L’homme mange l’animal qui lui de son côté, se nourrit d’insectes ou de fourmis. Donc, sans l’insecte pour nourrir l’animal, l’animal ne pourra pas nourrir l’homme ; pour dire que chaque chose que Dieu a créée est importante pour l’homme, si ce n’est de façon directe, cela l’est de façon indirecte. 

       Dieu a fait pousser de la terre tout genre d’arbres fruitiers, et les fruits qui sortent de ces arbres ont besoin de l’eau et du soleil. Il a donné à l’homme l’intelligence de transformer les choses de la terre comme le bois, le diamant, l’or, le mercure, le gaz, le pétrole, le fer, la bauxite, la pierre… pour son utilité charnelle. Tout ce qui vient de la terre, soit la nourriture qui doit entrer dans le ventre de l’homme, soit autre matériel ayant tout genre d’embellissement, retournera toujours dans la terre d’où cela a été pris ; car la terre étant vanité et vent, tout ce qui vient d’elle comme la chair humaine et autre matériel n’ont pas beaucoup d’années pour faire leur retour. Donc, si c’est dans ces choses que nous trouvons et tirons notre richesse, gloire et grandeur, cela veut dire que toute notre richesse, notre gloire et notre grandeur sont vaines et vent, parce que de là sortent des vanités. 

       Car l’Eternel Dieu avait pétri la boue pour faire le corps physique de l’homme et avait soufflé dans ses narines afin que cette boue porte un corps spirituel qui lui permet de faire des mouvements. Lorsque ce souffle quitte cette boue, les mouvements aussi s’arrêtent ainsi que la respiration du cœur, et cette boue, après qu’elle soit délaissée par le souffle devient une pourriture qui sent mauvais. Voilà pourquoi il faut creuser la terre pour jeter cette boue et bien la recouvrir avec la même terre. Donc, c’est Dieu qui a créé l’homme, c’est lui qui lui donne la force physique de marcher, et c’est lui qui pourvoit aux besoins de sa poussière (nourriture), qui protège cette poussière, tout comme c’est lui qui a pourvu sa parole qui est esprit et vie envoyé par Jésus-Christ pour nourrir et vivifier l’esprit. Voilà pourquoi le Seigneur Jésus dit : « Comme le Père qui est vivant m'a envoyé, et que je vis par le Père, ainsi celui qui me mange vivra par moi. » (Jean 6/57), ou encore lorsqu’il dit : « C'est l'esprit qui vivifie; la chair ne sert de rien. Les paroles que je vous ai dites sont esprit et vie. » (Jean 6/63).

       Depuis la désobéissance d’Adam et Eve au Jardin d’Eden, c’est le corps de boue ou de poussière qui vivait parce qu’il mangeait la boue ou la poussière pour vivre par elle, et le corps spirituel de son côté ne vivait plus et n’avait pas de quoi manger pour revenir à la vie. Mais l’Eternel Dieu, par sa grâce a pourvu la nourriture à l’âme ou au corps spirituel à travers son Fils afin que l’âme mange et vive. Donc, il est le créateur du corps physique et du corps spirituel. Il est le pourvoyeur de la nourriture du corps physique et du corps spirituel. Le ciel et la terre lui appartiennent, l’or et l’argent lui appartiennent, les temps et les moments lui appartiennent, et il les change comme il veut. Lui qui est le créateur, il déclare et la chose arrive, il ordonne et toute créature, hors mis l’homme obéit avec empressement et tremblement. Il avait ordonné au poisson d’aller vomir Jonas au bord des eaux de Ninive, voilà pourquoi il est dit : « L'Éternel parla au poisson, et le poisson vomit Jonas sur la terre.» (Jonas 2/10). 

       Il avait ordonné aux corbeaux de nourrir le prophète Elie en brousse pendant le temps qu’il voulait, et les corbeaux avaient obéi avec empressement et tremblement ; voilà pourquoi il est dit : « Les corbeaux lui apportaient du pain et de la viande le matin, et du pain et de la viande le soir, et il buvait de l'eau du torrent.» (1Rois 17/6). Car c’est lui l’Eternel Dieu qui avait ordonné aux lions de ne point manger Daniel, malgré qu’ils aient passé des jours sans manger et boire, mais plutôt qu’ils devaient le nettoyer en enlevant la boue sur lui. C’est lui qui avait ordonné à la fournaise ardente de ne pas brûler les trois compagnons, moins encore de les faire sentir sa fumée. Les animaux et toutes choses obéissent à Dieu avec empressement et tremblement, mais l’homme porte le mépris, l’orgueil et la suffisance face à sa parole ordonnée, recommandée et prescrite. 

       L’homme méprise ce qui doit l’éclairer (parole de lumière) pour qu’il voit la grandeur et la gloire de Dieu, et comprenne que Dieu n’a besoin de rien parce qu’il est tout et a tout pour l’éternité. Quelle valeur et quelle importance l’homme a-t-il pour que Dieu ait besoin de lui ? Au contraire, Dieu a et est la valeur. Donc, c’est en lui que nous voyons tout et partons chercher tout avec humilité, pitié et tremblement. Mais aujourd’hui, l’homme méprisant ce qui doit l’éclairer, reste malvoyant et confond les choses de Dieu à celles de l’homme. C’est pourquoi l’homme croit que c’est Dieu qui doit le supplier pour qu’il obéisse à sa parole, pour parler de lui, pour marcher pour lui ou lui donner l’offrande, or il est dit : «il n'est point servi par des mains humaines, comme s'il avait besoin de quoi que ce soit, lui qui donne à tous la vie, la respiration, et toutes choses.» (Actes 17/25).

       Dans l’obéissance et la propagation de sa parole dans son église, dans son offrande, bref son œuvre, l’homme se voit important, suffisant, orgueilleux et méprisant parce qu’il se dit que Dieu attend de lui car pour ce dernier, il est habitué au fait que les hommes attendent pour qu’il leur donne de quoi manger ou de quoi boire ou encore une aide quelconque. Cette attente des hommes ou leur demande lui donne des airs, ne sachant pas qu’en Dieu il n’est pas donateur, mais plutôt demandeur et receveur malgré les grandes enveloppes pleines d’argent et autres matériels qu’il met dans le panier des offrandes. C’est ainsi que l’homme de Dieu donne les postes aux hommes d’argent, croyant que ce sont eux qui peuvent décanter les situations financières.  

       Au contraire si le Seigneur est au milieu de deux ou de trois personnes qui sont assemblées en son nom, tout le monde va devenir petit et pauvre devant lui, et cherchant en lui pour devenir grand et riche par l’humilité, le pardon, la justice et la considération sans fin de son semblable. Mais puisqu’ils ne le voient pas, qui d’autre prendra la place ? Car si l’homme pouvait comprendre que Dieu ne lui doit rien, mais plutôt que c’est lui qui lui doit tout, et si ce dernier pouvait non pas regarder derrière lui pour se glorifier qu’il a beaucoup fait et travaillé, mais plutôt devant lui pour voir qu’il lui reste encore beaucoup à faire, il cherchera avec empressement et ardeur à accomplir ce qui reste à faire. C’est comme une femme qui tient la houe ou un homme qui tient la machette. Lorsque celui-ci travaille en regardant derrière, il se dira toujours qu’il a beaucoup travaillé mais, par contre, s’il regarde toujours devant lui, il va voir qu’il n’a encore rien fait et il va chercher à accomplir davantage sa tache. 

       Aujourd’hui, les hommes sont tous petits dans l’esprit. L’homme ne craint pas Dieu pour que l’ennemi le craigne aussi, Il ne tremble pas devant Dieu pour que l’ennemi tremble aussi devant lui, mais il compte sur les récitations des psaumes, la consommation des eaux bénites, l’attachement aux mouchoirs, le port des écorces… or il est dit : «Mais vous craindrez l'Éternel, votre Dieu; et il vous délivrera de la main de tous vos ennemis.» (2Rois 17/39). L’homme se croit suffisant, surtout ceux-là qui peuvent nourrir les vers de leur ventre, revêtir leur chair, embellir le lieu où ils peuvent poser leur tête ou encore avoir une voiture pour se déplacer facilement. Car si les hommes ne voient pas la grandeur et la gloire de Dieu, ils ne sauront pas que devant Dieu, ils sont moins que des asticots qui nagent dans les selles. Car si nous portons sa grandeur et puissance, aucune autre force ne peut nous ébranler. Nous serons inondés de lumière et de feu et il n’y aura pas pareil en face. En vérité, si nous portons ce trésor puissant en nous, même la terre que nous piétinons va trembler par celui qui est porté en nous. 

       Ce monde et tout ce qu’il renferme est moins qu’une goutte d’eau dans sa paume de main. L’Eternel est tellement puissant, posez-vous la question : quelle grandeur et hauteur avait l’arche de Noé pour contenir tous les animaux, oiseaux et insectes males et femelles où il y avait des éléphants, des girafes… et de tous ces animaux, aucun ne dévorait l’autre jusqu’aux insectes ? Comment tous ces animaux ont-ils pu se nourrir pendant quarante jours et quarante nuits dans l’arche ? L’homme ne doit pas croire que s’il ne glorifie pas, ne bénit, ne loue, n’acclame, n’adore, n’élève, n’exalte pas Dieu, Dieu ne sera pas glorifié ou béni. Au contraire, c’est l’homme qui ne sera pas glorifié et béni parce que c’est en Dieu qu’il tire sa gloire et sa bénédiction ou encore la considération ou l’agrégation car, Dieu est la gloire et la bénédiction pour l’éternité. 

       Que l’homme cesse de se tromper et se séduire dans l’aveuglément.

CHAMPI Apôtre non de la part des hommes, ni par un homme mais par Jésus-Christ et Dieu le Père. La puissance de Dieu c’est la connaissance. Connaître pour éviter de pécher et être affranchi de la mort éternelle. (Jean 8/32)

 

Site WEB: WWW.CHAMPIDINO.ORG

TEL: (00237) 693 32 18 80 / 671 31 03 50 / 699 06 44 25

Email: champi320@yahoo.fr      Skype: champidino

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site