328ème message.

GLORY

COMME IL Y AVAIT LES JUIFS DE LA LOI ET LES JUIFS DE LA FOI HIER AU TEMPS DES APÔTRES, IL Y A AUSSI LES CHRÉTIENS DE LA LOI ET LES CHRÉTIENS DE LA FOI AUJOURD’HUI ;ET C’EST L’HEURE DE LIRE, D’ENTENDRE ET DE VOIR LA DIFFÉRENCE


                         C’est le 328ème message.


       La révélation du Seigneur Jésus, source de connaissance, de puissance et de vérité d’en haut m’a été donnée pour que les hommes de ce siècle connaissent et soient affranchis de l’ignorance et de l’impuissance. En vérité, comme il y avait hier au temps des apôtres, les juifs de la loi et les juifs de la foi, de même, aujourd’hui, il y a les chrétiens de la loi et les chrétiens de la foi. 


       Depuis la donation de l’alliance de la circoncision de la chair à Abraham pour sa descendance par l’Eternel Dieu, et de la loi et du sang des taureaux et des boucs à Moïse au désert comme alliance avec le peuple d’Israël, ce peuple respectait à la lettre l’alliance de la circoncision et obéissaient à la loi de Moïse, et cela jusqu’au début du règne de Roboam. Mais, du moment où Roboam était encore roi, la parole de l’Eternel devait s’accomplir sous son règne tel que l’Eternel avait dit à Salomon pendant qu’il vivait encore dans sa vieillesse. Comme il n’avait pas gardé son alliance et ses lois comme l’avait fait son père David, l’Eternel va lui arracher la royauté et la donner à son serviteur ; seulement, il ne le fera point de son vivant à cause de David son père, mais il va le faire pendant le règne de son fils. A cause de David et de Jérusalem sa ville, il va laisser une tribu à son fils (1Rois 11/11-13).

       Dix tribus vont ainsi être arrachées à Roboam fils de Salomon pour l’accomplissement de la parole de l’Eternel et données à Jéroboam, ancien serviteur de Salomon.  A peine que Jéroboam ait pris le règne des dix tribus, il a fait fabriquer deux veaux d’or, et a dit aux dix tribus qui étaient sous son règne qu’ils n’iront plus à Jérusalem pour adorer Dieu, et leur a présenté les veaux d’or comme étant le Dieu qui les a fait sortir de l’Egypte. Dix tribus vont ainsi se prosterner devant leur nouveau dieu. Il plaça l’un de ces veaux à Béthel, et l’autre à Dan, et il établit les prêtres un 15 août, qui font service ou qui sont médiateurs entre les hommes et les monuments, et cela eut effet jusqu’aujourd’hui. Ce jour reste pour les prêtres un grand jour de fête et de joie, parce que c’était à cette date qu’ils ont vu le jour ; mais, comme le caméléon change de couleur et non de forme, ils ont changé la célébration du 15 Août en célébration de la montée de Marie au ciel. Or, le caméléon se reconnait non pas par sa couleur mais plutôt par sa forme (1Rois 12/28-33). 


        Le Seigneur Jésus est né à Bethlehem dans la ville et la tribu de David selon la chair. Il a grandi à Nazareth où il a commencé à enseigner la foi. Il était moins reçu et moins aimé. Il choisit douze disciples appelés apôtres, parmi lesquels Judas, qui devait le trahir. Le seigneur Jésus sera ainsi livré entre les mains des principaux sacrificateurs, Judas se pendra par la suite après avoir reconnu sa faute. Les apôtres étaient restés onze, de la mort à la résurrection, jusqu’à l’enlèvement du Seigneur Jésus au ciel. Voulant qu’un autre remplace Judas selon qu’il était écrit, ils tireront au sort deux personnes qui les accompagnaient à savoir, Barsabbas et Matthias, mais le sort tomba sur Matthias, qui remplaça Judas pour que le nombre des apôtres redevienne douze. 

       Les apôtres, ayant reçu le Saint Esprit, ont commencé à travailler à Jérusalem. Ne voulant pas quitter Jérusalem pour la Judée, la Samarie pour aller prêcher la bonne nouvelle jusqu’aux extrémités de la terre, tel qu’ils avaient reçu des recommandations du Seigneur Jésus, ils ont été persécutés ; et ces persécutions ont fait en sorte qu’ils se dispersèrent partout pour annoncer la bonne nouvelle. Le chef d’orchestre de la persécution était Saul, devenu par la suite l’apôtre Paul. Tous annonçaient la foi, car ils n’étaient plus Juifs de la loi, mais Juifs de la foi. Les juifs de la loi leur disaient : si quelqu’un n’est pas circoncis selon le rite de Moïse, il ne peut pas être sauvé (Actes 15/1). Sur ce, les juifs de la foi répondaient que le juif, c'est-à-dire le véritable, ce n’est pas celui qui en a le dehors, le tape-à-l’œil, mais c’est celui qui l’est intérieurement, et aussi, la circoncision, ce n’est pas celle qui est visible dans la chair, mais c’est celle du cœur selon l’esprit et non selon les coutumes d’hommes et autres (Romains 2/28-29). 


       Les juifs de la loi, se voyant sauver par la loi, trouvaient que ceux qui enseignaient la foi, n’étaient que des sectaires, adeptes de leur fondateur Jésus de Nazareth, le semeur de division. Voilà pourquoi lorsqu’ils avaient arrêté l’apôtre Paul, ils l’ont traité de sectaire nazaréen, et voulait en même temps le juger selon leur loi, voilà pourquoi ils ont dit : «Nous avons trouvé cet homme, qui est une peste, qui excite des divisions parmi tous les Juifs du monde, qui est chef de la secte des Nazaréens, et qui même a tenté de profaner le temple. Et nous l'avons arrêté. Nous avons voulu le juger selon notre loi » (Actes 24/5-6). 

       C’était la même chose, lorsqu’ils avaient arrêté le Seigneur Jésus, ils l’avaient jugé selon leur loi. Voilà pourquoi dans leur loi, il fallait qu’ils le tuent parce que selon eux, il avait blasphémé contre Dieu. Voilà même pourquoi il est dit : «Lorsque les principaux sacrificateurs et les huissiers le virent, ils s'écrièrent: Crucifie! crucifie! Pilate leur dit: Prenez-le vous-mêmes, et crucifiez-le; car moi, je ne trouve point de crime en lui. Les Juifs lui répondirent: Nous avons une loi; et, selon notre loi, il doit mourir, parce qu'il s'est fait Fils de Dieu. » (Jean 19/6-7). 


       Les juifs de la loi empêchaient que la foi soit annoncée à Jérusalem, et ils menaçaient les apôtres en leur disant : «Ne vous avons-nous pas défendu expressément d'enseigner en ce nom-là? Et voici, vous avez rempli Jérusalem de votre enseignement, et vous voulez faire retomber sur nous le sang de cet homme! » (Actes 5/28) ou encore tel qu’il est dit : «Et les ayant appelés, ils leur défendirent absolument de parler et d'enseigner au nom de Jésus. » (Actes 4/18). Les juifs de la loi ne voulaient pas que la foi soit annoncée, c’est pourquoi ils arrêtaient tous ceux qui annonçaient la foi. Voilà pourquoi le tribun rendit témoignage au gouverneur Félix au sujet de l’apôtre Paul lorsqu’il lui dit : «Cet homme, dont les Juifs s'étaient saisis, allait être tué par eux, lorsque je survins avec des soldats et le leur enlevai, ayant appris qu'il était Romain. Voulant connaître le motif pour lequel ils l'accusaient, je l'amenai devant leur sanhédrin. J'ai trouvé qu'il était accusé au sujet de questions relatives à leur loi, mais qu'il n'avait commis aucun crime qui mérite la mort ou la prison. » (Actes 23/27-29). 

       Et le gouverneur Félix rendit compte au roi AGRIPPA lorsqu’il dit : «Les accusateurs, s'étant présentés, ne lui imputèrent rien de ce que je supposais; ils avaient avec lui des discussions relatives à leur religion particulière, et à un certain Jésus qui est mort, et que Paul affirmait être vivant. » (Actes 25/18-19). L’apôtre Paul rendant témoignage de ces juifs de la loi dit : «Ce sont ces Juifs qui ont fait mourir le Seigneur Jésus et les prophètes, qui nous ont persécutés, qui ne plaisent point à Dieu, et qui sont ennemis de tous les hommes, nous empêchant de parler aux païens pour qu'ils soient sauvés, en sorte qu'ils ne cessent de mettre le comble à leurs péchés. Mais la colère a fini par les atteindre.» (1Théssaloniciens 2/15-16). 

       Le Seigneur Jésus avait parlé de ces juifs qui avaient tué auparavant les prophètes… et a cherché à les ramener dans la foi en lui, mais ils ont refusé tel qu’il dit : «Jérusalem, Jérusalem, qui tues les prophètes et qui lapides ceux qui te sont envoyés, combien de fois ai-je voulu rassembler tes enfants, comme une poule rassemble sa couvée sous ses ailes, et vous ne l'avez pas voulu! » (Luc 13/34). Ces juifs refusaient la foi et préféraient rester dans la loi en tant que prêtres ou docteurs de la loi. Après la mort des apôtres, les docteurs de la loi ou prêtres sont devenus l’église universelle, en l’an 607, l’évêque universel de Rome fut nommé pape, quelques années plus tard, l’église universelle fut appelée église catholique, et le pape se déclara être représentant de l’apôtre Pierre.


       Au 7e siècle, l’islam vit le jour en Arabie Saoudite, et plusieurs juifs se sont ralliés à cette croyance, au détriment de la foi en Christ qui doit les sauver. L’église catholique s’implantait partout dans le monde. Arrivés en Afrique, principalement au Cameroun, dans la nuit du 24 au 25 octobre 1890, les adeptes de cette doctrine portaient la bible où est écrit l’évangile de l’enseignement de la foi, mais ils enseignaient plutôt leurs coutumes, ne voulant pas que les gens puissent lire la bible et découvrir la vérité. Ils enseignaient aux gens à prier Marie, à prier avec le chapelet… et plusieurs de ces doctrines qu’on appelle église aujourd’hui sont issus d’elle. 

       En Amérique, certains se sont élevés disant qu’ils sont plutôt témoins de Jéhovah et non de Jésus, mais ils ont les écrits où ni les prophètes, ni Jésus lui-même, ni les apôtres qui sont ses premiers témoins n’ont parlé de Jéhovah. D’autres disent qu’ils sont chrétiens pentecôtistes. D’autres encore disent qu’ils sont branhamistes, c'est-à-dire de la croyance en Branham. Mais si Paul, Pierre, Jean,… étaient aussi dans la loi, ils devaient aussi avoir des adeptes comme branam dans la loi. Ce qui fait en sorte qu’aujourd’hui, la connaissance de la foi est rare parce que les gens ne sont pas dans la foi en Christ, mais plutôt dans la loi, et ils sont plutôt chrétiens de la loi et non de la foi. Etant donc chrétiens de la loi, tout ce qui est Dieu, sa valeur, sa grandeur, sa gloire, sa richesse se trouve dans l’apparence…. 

       Ils ne sont pas chrétiens de la foi pour chercher la gloire et la richesse d’une seule personne, c'est-à-dire de Christ, mais sont plutôt chrétiens de la loi, ainsi ils cherchent la gloire de l’homme, le matériel, et font des divisions, des guerres, la conquête des hommes (fidèles) pour leurs offrandes et dîmes, se lançant des défis de construire de grands bâtiments appelés églises ou maisons de Dieu, des achats de terrains, des chaines de radio et de télévision, ainsi que la publicité, amenant ainsi les gens à souffrir dans la recherche et la donation de l’argent pour ces défis de folie. La foi n’est pas enseignée dans les écoles pastorales ou séminaires pour qu’à leur tour, ceux qui y sortent, viennent l’enseigner. Voilà pourquoi les chrétiens d’aujourd’hui ne sont que des chrétiens de la loi, et ont rempli le monde; ainsi le mal n’est pas inquiété, mais survole ou du moins s’enracine de plus en plus. Les gens étant dominés par la gloire de l’homme et le matériel, la charge humaine qui pèse sur eux : les hommes et leurs matériels, ne peuvent qu’être leurs dieux. 


       Les chrétiens de la loi sont très loin de courir derrière la démonstration de la puissance de la parole créatrice ou de vérité, qui les amène de par la pratique à devenir des dieux, c'est-à-dire eux-mêmes le miracle; mais ils sont plutôt derrière les prières de miracle et matériels dits bénits ou spirituels, derrière la récitation des psaumes. Les chrétiens de la loi appellent ou se font appeler ‘’papa’’, ‘’mon père’’, ‘’mon seigneur’’. Dans la loi, ils ont l’amour du sang, de la couleur de peau, de la langue parlée et de la tribu. 

       Les chrétiens de la foi sont très rares, parce que la foi n’est pas annoncée pour être connue, car, dans la foi, on est disciple ou fidèle d’une seule personne qui est le Seigneur Jésus ; on n’est pas chrétien d’une dénomination ou d’un homme. Dans la foi, on est fidèle de Jésus, et, mangeant son corps pour le devenir, on est chrétien de la foi. Seul le Seigneur Jésus est appelé ‘’mon père’’, ‘’papa’’ et ‘’mon Seigneur’’. Etant chrétien de la foi, la valeur, la grandeur, la gloire et la richesse ne sont pas dans le cerveau comme bagage intellectuel, couleur de peau, dans la langue parlée, dans la forme ou l’embellissement de la chair, dans les habits, chaussures, argent et autres matériels, mais dans le cœur et l’esprit de Dieu. 


       Etant chrétien de la foi, même si on n’a pas des enfants ou d’autres personnes en charge, on a une charge qui est le Seigneur et l’avancement de sa bonne nouvelle. Etant chrétien de la foi, ce qu’on cherche et qu’on gagne est premièrement pour le Seigneur et sa bonne nouvelle et non pour ses enfants, sa femme, son père, sa mère… Etant chrétien dans la foi, on ne court pas derrière les prières de miracle, mais plutôt derrière la démonstration de la puissance de vérité ; on ne dépense pas beaucoup d’argent sur les bâtiments pour maison de Dieu, mais sur la dotation en documentation spirituelle, c’est-a-dire faire parvenir gratuitement ces documents aux gens de près ou de loin, afin qu’ils soient édifiés dans la parole et deviennent ainsi une habitation de Dieu en esprit (Éphésiens 2/22). 

       Etant chrétien de la foi, on ne demande pas aux gens de l’argent pour une prière de guérison, de grâce et de bénédiction… et encore, on ne prend pas un matériel en disant qu’il est spirituel ou bénit… Etant chrétien de la foi, le don du frère ou de la sœur est égal au don de Dieu, est en même temps le don de soi, et en être jaloux c’est se détruire soi-même. Lorsqu’on est chrétien de la foi, la crainte est spirituelle et non physique, et on ne partage pas pour faire plaisir à l’homme physique, mais à l’homme spirituel qui est le Seigneur Jésus. Etant chrétien de la foi, on n’aime pas son enfant, sa femme, sa sœur, son frère, son père, sa mère plus que l’œuvre de Dieu ; on a plus de sentiment et de pitié par l’esprit et non pas par le physique, et c’est le manque dans l’esprit qui fait pleurer, se lamenter et s’attrister, et non le manque dans la chair. 

       Les chrétiens de la foi pleurent quelqu’un mort dans l’esprit, qui peut encore revenir, et non quelqu’un qui est mort dans la chair. Dans la foi c’est la bonne nouvelle qui fait notre présence et c’est à cause d’elle qu’on peut tout laisser derrière nous sans aucun regret. On peut rester pauvre dans le physique car tout ce qu’on possède, on le donne pour que les gens parviennent à lire l’enseignement de la foi et soient sauvés dans leurs âmes. Donc, on préfère devenir pauvre physiquement pour que les autres soient riches spirituellement. Dans la foi, on peut tout abandonner à cause de la bonne nouvelle du royaume des cieux. Dans la foi, la honte ne vient pas du manque de la connaissance de parler ou d’écrire une langue officielle, du matériel, de quoi manger, de quoi se revêtir, mais plutôt du fait d’être pauvre et nu dans l’esprit. Il y a beaucoup d’illustrations à propos, mais je vais m’arrêter là pour le moment. 


CHAMPI  Apôtre non de la part des hommes, ni par un homme mais par Jésus-Christ et Dieu le Père. La puissance de Dieu c’est la connaissance. Connaître pour éviter de pécher et être affranchi de la mort éternelle. (Jean 8/32)

 

 

Site Internet : WWW.CHAMPIDINO.ORG

TEL: (00237) 693 32 18 80  / 671 31 03 50  / 699 06 44 25

Email: champi320@yahoo.fr       Skype: champidino 

 

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×